A.D. Gers 1W593

GENDARMERIE NATIONALE
Légion de Gascogne
Compagnie du Gers
Section de MIRANDE

MIRANDE, le 11 Janvier 1944

«  - RAPPORT -  »

du capitaine DORAT, commandant la section

sur un mitraillage de la circonscription par un appareil inconnu.

Références := Article 52 et 53 du décret du 24 Juin 1942.

Le 10 Janvier 1944, entre 21 heures et 21, h30 un avion dont il n’a pas été possible de relever la nationalité en raison de l’obscurité a survolé la circonscription de Mirande et a tiré plusieurs rafales de mitrailleuses et de canons légers. Il a fait trois victimes blessées grièvement et deux autres atteintes légèrement.

Vers 21, h10 un avion volant à très basse altitude a tiré une rafale de mitrailleuse à proximité de la propriété de M. Couzier à St-Martin (canton de Mirande). Il n’y a eu ni victime ni dégât. Le même appareil a survolé ensuite la route nationale n° 21 de Tarbes à Mirande et a tiré quelques rafales de mitrailleuse et de canon à l’entrée Sud de la ville de Mirande.

Un camion chargé de paille et de foin qui passait à ce moment sur la route n’a pas été touché.

Vers 21, h20 un avion que l’on suppose le même car il est arrivé de la direction de l’Ouest, a survolé la localité de Masseube. Il a viré au dessus du camp d’internement pour Juifs étrangers de cette résidence et a mitraillé les baraquements. Plusieurs de ceux ci ont été touchés ainsi que des maisons situées à proximité de la bordure du camp, à l’entrée de Masseube.

Trois femmes ont été grièvement blessées. Il s’agit d’internées israélites, les nommées :=

MANN, Ida née le 1er février 1876 à Worms (Allemagne) grièvement atteinte aux poumons et dont l’état est désespéré.

KAHN, Kamilla, née le 7 Mai 1896 à Thalfang (Allemagne) grièvement atteinte par un obus explosif à la jambe (a dû être amputée)

STEINER, Régina, née le 13 Avril 1877 à Vienne (Autriche) blessée à la tête.

Deux autres femmes Israélites également ont été blessées légèrement. Les trois blessées graves ont été transportées à AUCH.

Les dégâts matériels sont relativement peu importants.

Le camp était éclairé conformément aux directives du Directeur du camp qui se conforme aux instructions de la Convention Internationale de Genève.

Il a été retrouvé quelques cartouches non explosées et des douilles, mais les inscriptions relevées ne permettent qu’à un agent qualifié de déterminer la provenance de ces munitions que l’on suppose britanniques ou américaines.

Signé Dorat

« - Destinataires - »
1-
 Chef du Gouvt. (Direct.Gé.Gend.Nle. Bureau de l’organisation et du service spécial)
2- Préfet Régional
3-
 Préfet départemental
4-
Général Insp.G.Gend.Nle
5-
 Général Inspecteur
6-
 Sous Préfet
7-
 Procureur République
8-
 Commandant Légion
9-
 Commandant Compagnie.