A.D.Gers 1W617

Centre d’Accueil n° 24 bis
MASSEUBE (Gers)

Masseube, le 8 septembre 1945

Le Chef du Centre n° 24 bis à Masseube (Gers)

à

Monsieur de Préfet du Gers

OBJET / Lettre de réclamation provenant du Comité de Racisme à Nice (sic)

J’ai l’honneur de vous rendre compte que le jeudi 6 courant, j’ai reçu au Centre de Masseube le Docteur Baurens, délégué de l’Entraide Française à Auch 9 rue Gambetta.

Il était accompagné d’un secrétaire et d’une assistante sociale.

Le but de leur visite était de faire une enquête portant sur les principaux points d’une lettre qui aurait été adressée par le Comité du Racisme de Nice à l’Entraide Française, et qui d’une façon générale mettait en lumière le soi-disant dénuement des hébergés du Centre de Masseube.

Après une inspection complète du Centre, le Dr. Baurens m’a communiqué que sa conviction était faite et qu’il s’agissait soit d’une mauvaise interprétation, soit d’une campagne intéressée à la dissolution du Centre.

Lors de son inspection le Dr. Baurens m’a communiqué copie de la lettre du Comité du Racisme de Nice ainsi que la lettre de réclamation adressée à cet organisme dont 16 personnes étaient désignées comme signataires.

Ces 16 personnes ont été interrogées par le Dr. Baurens et aucune n’a formulé de plainte ni de réclamation sur leur vie au Centre de Masseube.

Après la visite du Dr. Baurens, j’ai convoqué à mon bureau Madame Elsa Abraham, déléguée de la Fédération Israélite de France elle-même hébergée au Centre, et lui ai communiqué à mon tour le nom des 16 signataires. Ces personnes ont été interrogées par elle et toutes se défendent d’avoir écrit la moindre lettre de réclamation, mais Madame Abraham se souvient parfaitement que l’Infirmier chef du Centre (un hébergé) le Dr. Robert Jockel lui a demandé, il y a environ 2 mois, une liste de personnes nécessiteuses pour transmettre au Comité du Racisme de Nice. Le Dr. Jockel interrogé à son tour, m’a fait connaître que cette demande lui avait été formulée par (deux dames de Masseube). Ces deux dames, ou l’une de ces deux dames, aurait donc transmis au Comité de Nice cette réclamation en déformant avec intention les demandes qu’avaient faites les 16 hébergées.

En conséquence je vous serais obligé de bien vouloir m’autoriser à convoquer à mon bureau (ces deux dames) que je mettrai en présence du Dr. Jockel, ce qui me permettra de faire la lumière sur cette affaire qui vous atteint autant qu’elle m’atteint moi-même.

Je vous adresse inclus copie de la lettre de Madame Abraham.

Le Chef de Centre

Pierre Bourgerie

Tampon à la Croix de Lorraine.

En marge : « Me rendre la lettre après avoir écrit au Directeur et l’autoriser à la confrontation. Mr. Le Préfet »